Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Salle des Caryatides
Art romain
Epoque Julio-Claudienne
Antiquité tardive
Gaule, Afrique et Syrie




Dionysos et les Saisons      

MR 720

Sully salle 17

Dionysos et le Carnaval


Sur ce bas-relief en marbre, Dionysos barbu conduit
le cortège des Horai,
ces quatre jeunes femmes
personnifiant les Saisons.

Dionysos et le Carnaval

On reconnaît l’allégorie ? du Printemps, retenant des fleurs dans le rabat de son vêtement, et celle de l’Eté portant des épis. Manque la figure de l’Hiver.

Dionysos, appelé Bacchus par les Romains, est le dieu du vin et de la végétation dans la mythologie grecque. Il est couramment figuré sur les vases attiques? munis d’une corne à boire et tenant le thyrse, bâton surmonté d’une pomme de pin. Il est aussi représenté accompagné de son cortège, le thiase, qui donna naissance au théâtre, constitué de ménades, satyres? et silènes? ses compagnons favoris.

Les Grecs célébraient la mort violente et la résurrection de Dionysos, qui a été assimilé à certains dieux de la fertilité du Proche-Orient ancien, dont le babylonien Tammuz et l’égyptien Osiris. AR6

 
  On reconnaît ici un vieux satyre (un silène), démon de la nature et compagnon de Dionysos.

Sa calvitie, ses oreilles de bouc, son visage simiesque et sa riche barbe permettent cette identification, ainsi que sa couronne de lierre et de corymbe.?
 

"Marchons (…) non pas
dans les orgies"

Romains 13:13
 
Bacchante au tambour de basque  RF 3025     Cour Pujet   Silène ivre     MR 343
Sully salle 17
 
Les festivités en l’honneur de Bacchus étaient le modèle type de l’orgie (kômos en grec). Ce mot figure trois fois dans les Ecritures grecques, toujours dans un sens défavorable (Romains 13:13; Galates 5:21; 1 Pierre 4:3).
 
Cômaste accroupi

Cp 9641

Sully 1er
salle 36 vitrine 5
  On a établit des similitudes entre les Bacchanales et les fêtes du carnaval.

Les Grecs appelaient komos ou divertissement
le spectacle donné par une troupe de gens portant les phallus sacrés et chantant des poèmes lyriques.

Le mot kômoïs vient de Comus, le dieu du banquet ; d’où le nom de Comastes donnés à ces orgies licencieuses.

En plus de l’esprit libertin général si caractéristique du carnaval AR7,

Ces vases plastiques représentent les cômastes,
joyeux personnages participant à des banquets faisant partie du cortège de Dionysos.

L’un d’entre eux est présenté tenant un lièvre sur son dos.
   

Culte dionysiaque  

G 407

Sully 1er

salle 39 vitrine 8

 

le mot lui-même rappelle son origine païenne.

Il viendrait de carrus navalis, char de la mer, véhicule en forme de bateau et monté sur roues, utilisé dans les processions de Dionysos ; ou bien il désignerait le moment où la corne (carn) va ‘avale’, c’est-à-dire tombe. AR8

Et le personnage burlesque, qui personnifie la période éphémère des réjouissances et qui finalement est publiquement abattu, ressemble fort au vieux roi 



Notez les phallus sacrés,

symboles du membre viril.

   
des saturnales qui lui aussi est mis à mort à la fin des Bacchanales. AR9 . Malgré sa ‘christianisation’, les similitudes entre la fête du carnaval AR10  et ces anciennes festivités païennes en l’honneur de Dionysos sont bien réelles. AR11, AR12
 

Les similitudes entre le Carnaval et les fêtes
en honneur de Dionysos sont bien réelles

Plaque Campana  Cp 389 Terre cuite Denon Art romain salle 22. Du nom du grand collectionneur italien du XIXe siècle qui s'intéressa le premier à ces monuments. Ce relief figure un cortège de jeunes bacchants et bacchantes célébrant le dieu Dionysos par des danses qu'ils exécutent dans l'ivresse du vin dont ils célèbrent la fête. Le style est celui des créations dites néo-attiques, œuvres d'artistes grecs travaillant en Italie à la fin de la République et au début de l'Empire.
 
 
La partie droite de la plaque, en plâtre coloré comme la terre cuite qui est le matériau originel de l'œuvre, est une restauration moderne. Ces plaques sont en effet issues de moules. Un document semblable, conservé au Metropolitan Museum de New York a fourni le modèle exact du satyre qui manquait sur la plaque du Louvre et dont la présence rend la scène figurée plus explicite.
 
 Voir aussi
 
      Carnaval en tableaux
      Le vrai visage de Carnaval
      Fêtes et traditions occidentales
      Carnaval et dieu gaulois
 

 





Carte Chronologie Antiquités OrientalesAntiquités EgyptiennesPan et  Saint-ValentinArtémis à la biche et déesses-mères Haut de page